La pluie et le froid sont ils compatibles avec le vélotaf ?

Partagez cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Le secteur du cycle qui vit une croissance fulgurante, va t-il voir sa cote diminuer avec le retour du froid et de la pluie ?

Certes chaque moyen de transport a ses avantages et ses inconvénients.

Et bien souvent, en haut de la liste des inconvénients au vélo, vient la dépendance à la météo et à la pluie en particulier.

Les avis sur le sujet sont assez subjectifs faute de véritable étude sur le sujet, jusqu’à récemment…

Mais alors que nous rentrons dans la période hivernale, il nous semblait important de revenir sur les préjugés qui collent à la peau du vélotaf et de rappeler quelques faits.

Ce qu’on entend souvent

-le vélo c’est bien l’été mais dès qu’il fait froid et surtout qu’il pleut, non merci

-ok mais j’arrive en sueur au boulot, pas possible pour moi

-ok pour m’équiper mais je ne sais pas où ni quels accessoires acheter

Quelques faits

-Les pays où l’usage du vélo est le plus développé sont loin d’être les plus secs : il ne pleut pas moins à Copenhague, Berlin ou Amsterdam qu’à Paris, Toulouse ou Lyon. Les Danois, allemands et hollandais seraient ils plus résistant à l’eau que les Français ?

-L’étude que je mentionnais plus haut nous apprend justement que sur une année complète, un vélotafeur quotidien en France se fait mouiller entre 2 et 16% des trajets (2% pour Marseille, et 16% pour Brest)

Les solutions : anticiper et bien s’équiper

Anticiper : de nos jours avec toute la panoplies d’applis et sites météo, il est difficile de se faire vraiment surprendre par la pluie. Et si vraiment il pleut fort, décaler ou avancer son départ de 30 minutes ne paraît pas insurmontable.

Choisir le vélo qui correspond le mieux à votre usage quotidien. Ex : le VAE avec une batterie plus puissante en cas de fort dénivelé, plus autonome en cas de long trajet. Le vélo classique si vous disposez d’une douche dans vos locaux et que vous aimez pédaler.

  • S’équiper en conséquence avec des vêtements anti pluie : cape/poncho, gants étanches, casque à visière, le sac sur le porte bagage pour éviter la sueur dans le dos

Au final, tout est une question d’habitude.

Evidemment, si tout ça ne vous a pas convaincu, vous pouvez reprendre le métro ou la voiture. C’est le meilleur moyen pour vous rappeler à quel point le vélo est plus agréable !

Source de l’étude mentionnée : http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/70560/meteo_2019_107_64.pdf

Plus d'articles

NEWSLETTER

Restez au courant de l’actualité
BeeToGreen et de la mobilité durable